Accueil > Nos partenaires > Les diocèses partenaires

Les diocèses partenaires

Outre la nécessaire communion entre Églises locales, un petit diocèse comme le nôtre ne peut vivre que dans la solidarité avec les autres diocèses du monde.

- Les diocèses du Tchad
La Préfecture Apostolique de Mongo étant née du partage de l’archidiocèse de N’Djaména, elle jouit chaque année de la part qui lui revient des bénéfices de la Fondation créée, dès avant la scission, pour l’entretien du clergé et de ses collaborateurs. Par ailleurs, un prêtre fidei donum est envoyé depuis six ans dans notre diocèse par l’archevêque de N’Djaména pour renforcer notre clergé local. Un effort est aussi accompli pour promouvoir les échanges entre les diocèses du Sud et celui de Mongo, non seulement pour susciter des collaborations mais encore pour renforcer l’unité socio-religieuse entre le Sud et le Nord.

-  Sylvana Trembley, laïque missionnaire égyptienneLes diocèses d’Afrique
Dès les débuts, nous nous sommes tournés vers l’Église d’Égypte afin d’y trouver des collaborateurs. Deux laïques missionnaires (l’une chaldéenne catholique et l’autre copte orthodoxe, toutes deux du diocèse du Caire) nous ont rejoints pour renforcer notre équipe dans la pastorale et l’animation pédagogique ; leur présence, en tant qu’arabophones chrétiennes, est un lien symbolique très fort aux frontières des communautés catholiques et musulmanes.

Dans le même esprit, nous essayons de maintenir avec les diocèses du Soudan des liens de fraternité et de collaboration. Deux visites de prêtres et de laïcs tchadiens à l’archidiocèse de Khartoum ont déjà pu être organisées. Mais la guerre du Darfour a presque interrompu nos relations. Nous sommes aussi en contact avec El Obeid – notre diocèse « voisin », dont dépend le Darfour – avec lequel nous partageons le même souci des réfugiés.
Avec les autres diocèses d’Afrique, après quelques contacts ici et là, nous nous sommes tournés récemment vers l’Église du Burkina Faso pour solliciter le renfort de deux prêtres fidei donum. Nous avons bon espoir d’accueillir bientôt un renfort de cette Église sœur.

- Les diocèses d’Europe
L’Église d’Allemagne est celle qui nous soutient le plus. Certains diocèses nous aident directement (Cologne, Rottenburg-Stuttgart) dans le financement de nos projets pastoraux ou de développement. Mais de plus en plus, ce sont plutôt les organismes patronnés par la Conférence Épiscopale Allemande qui nous aident (Kirche in Not, Misereor, Missio, Kindermissionswerk). Un autre type de partenariat avec les diocèses allemands est celui des échanges pastoraux ou socio-politiques entre Églises du Nord et Églises du Sud. Ainsi notre évêque, Mgr Coudray, a été invité à participer :

  • à la Conférence de presse tenue à Bonn avec le Cardinal Lehmann en septembre 2005 sur la question du Darfour,
  • au Congrès International de Freising (München) sur « La mission universelle » en mai 2006,
  • à l’animation du mois missionnaire sur le thème des réfugiés du Darfour à Magdeburg en octobre 2008.

L’Église d’Italie elle aussi nous aide de multiples manières, non pas d’abord par les diocèses en tant que tels mais plutôt par l’initiative et l’inventivité généreuse de chrétiens plus ou moins rattachés à des paroisses ou des associations d’inspiration catholique. Le diocèse de Vittorio Venetonous a aidés pendant cinq ans avec un prêtre fidei donum (mort à Mongo le 31 mai 2007 dans un accident de la route) et celui de Milannous a appuyés de diverses subventions. La CEI (Conférence Épiscopale Italienne) est aussi un puissant appui. Quant aux associations, il serait trop long de les citer ici : Fraternita missionnaria, Mano Amica, Magis, Missionland, Centro Poggeschi, etc. sans oublier les donateurs privés (Dr Ostuni pour le « projet santé ») et la collaboration extrêmement originale et féconde entre scalpellini piémontais et tailleurs de pierre du Guéra pour l’amélioration des techniques de taille.

L’Église de France n’est pas en reste : les diocèses d’Annecy, d’Avignon, de Tours, de Strasbourg nous aident de leurs subventions diverses. Quant au diocèse de Nantes, il nous apporte l’aide très précieuse d’un prêtre fidei donum. La DCC (Délégation Catholique à la Coopération, organe de la Conférence Épiscopale de France), nous envoie aussi régulièrement des volontaires. L’Aide aux Églises d’Afrique (Œuvres Pontificales Missionnaires de France) nous fait bénéficier aussi chaque année de la solidarité des diocèses de France. Le Collège Saint Louis de Gonzague de Paris apporte aussi sa contribution de temps en temps.

Les Églises de Belgique et d’Autriche nous aident également de manière ponctuelle : les CVX (Communautés Vie Chrétienne) de Wallonie ont financé l’église de Haraze ; une paroisse de Liège nous envoie régulièrement de l’argent ou du matériel pour des petits projets ruraux ; la communauté Saint Ignace de Bruxelles a accueilli pendant deux ans un prêtre du diocèse en études spéciales ; et une paroisse de Salzburg a contribué au frais d’un forage pour l’alimentation en eau du Centre diocésain.